Orphée et les nymphes

Ossip Zadkine (1888-1967)
1936
Plâtre
186 x 246 x 40 cm

Nous avions comme point de départ une photographie noir et blanc datant des années 30 montrant un Ossip Zadkine arborant pipe et salopette, posant fièrement devant un monumental et élégant bas-relief qui piquait vivement notre curiosité depuis longtemps. Où se trouvait-il aujourd’hui ? Etait-il caché ? Recouvert ? Détruit ? Eparpillé en plusieurs morceaux ? Quelle taille faisait-il alors exactement ? Quand précisément avait-il été fait ? Et pour qui ?

Nous allions obtenir toutes ses réponses et bien davantage par l’entremise du site de notre centre de recherche en septembre 2009. La fille et héritière du dernier propriétaire de la résidence où se trouvait le bas-relief, nous contact afin d’avoir de plus amples informations sur cette œuvre qui faisait désormais partie des meubles. Elle nous montre également un dessin préparatoire qui vient enrichir nos archives.

Orphée et les Nymhes avait été réalisé à la demande de son ami, le ténor et alors directeur de l’Opéra de Bruxelles, Joseph Rogachewski (Mirgorod, 1891-1985, Bruxelles). Le bas-relief de plâtre blanc devait orner un endroit qui lui avait été spécialement consacré -entre deux colonnes- lors de l’élaboration et la construction de son appartement avenue de l’Orée à Bruxelles par l’architecte Stanislas Jasinski en 1936. Mais l’histoire des hommes et des œuvres reste rarement immobile. En 1953, Rogachewski déménage juste en dehors de la capitale Belge et décide d’emporter Orphée et les Nymphes avec lui et de le placer au-dessus de la cheminée de sa nouvelle maison. C’est bien dans celle-ci que nous l’avons retrouvé, en 2009, un an après la mort de son nouveau propriétaire.

Il a été décidé de désolidariser l’oeuvre de son mur une nouvelle fois. Cette opération extrêmement délicate, a été réalisée avec le plus grand soin pour ensuite être mis entre les mains expertes de notre restauratrice.

En 2015, Tjerk Wiegersma se promène avenue de l’Orée et passe devant l’appartement où devait originalement se trouver Orphée et les Nymphes. Par le plus heureux des hasards il rencontre les actuelles propriétaires de l’appartement aux pieds de l’immeuble et discute de cette œuvre de Zadkine. Ils ne savaient ni de quelle œuvre il s’agissait, ni se qu’il en était advenu. La rencontre et l’échange qui s’en suivirent cet après-midi là étaient de bon augure.